Smothering ? Ma femme adore !

Histoire porno du 14 décembre 2016

Tu cherches une rencontre hard avec une JF de ta région ?

Assise sur moi, elle gigote dans tous les sens, comme pour mieux sentir ma langue, qui va de ses grandes lèvres à son clitoris, de l’intérieur de son vagin à, quand je peux l’atteindre, son périnée. Elle m’utilise comme un sextoy et moi, je suis plutôt flatté de lui faire un tel effet. Je m’applique. C’est ça le smothering.

Désormais, ma langue frétille au fond de sa chatte. Elle pousse quelques hululements de plaisir et se pose un peu plus sur mon visage. Elle doit bien sentir que mon nez cherche l’air, mais elle semble perdre tout contrôle, quand je la lèche comme ça. Je sens maintenant tout le poids de son corps sur mon visage.

Tout, ou presque. Car quand elle se met à jouir, je sens la différence. D’abord, elle s’agite en tout sens, me tordant du même coup la mâchoire, vrillant ma bouche qui aspire tout son con. Et puis elle crie, crache des mots que je ne lui connais pas : « oh putain, oh putain que c’est bon, vas-y, bouffe-moi la moule, vas-y, suce-moi la chatte ! ».

Et là, elle s’affale totalement. Moi je suis en dessous, je ne peux plus respirer. Elle est comme évanouie au dessus de moi, et je crois mourir de manque d’oxygène. Je me débats mais, vu la position, il n’y a rien à faire. Au bout de quelques secondes qui me paraissent des heurs, elle finit par se dégager, m’offrant un bol d’air bienvenu.

Elle est tranquille, heureuse, et se fiche totalement de ma crise de panique. Voilà comment tout ceci a commencé pour moi, comment ma femme a découvert le smothering, et comment elle a fini par m’y initier.

Le smothering, ou le face-sitting (ce qui revient au même), c’est quand une femme s’assoit sur le visage de son partenaire presque jusqu’à l’étouffement. Croyez-moi, ça a un côté humiliant, parfois même angoissant ou inquiétant, et ma chérie adore ça. Certaines femmes utilisent cette pratique dans des jeux purement SM. Ma femme, elle, en profite pour se faire lécher le con par son soumis, à savoir moi.

Smothering, soumis à sa chatte

Désormais, elle varie les pratiques. Elle se laisse pousser les poils de la chatte pour que ce soit irritant, et encore un peu plus humiliant. Elle joue avec mes couilles tout en se faisant lécher la chatte. Un jour, elle a même pissé dans ma bouche et j’ai bien failli m’y noyer.

Le pire dans tout ça, c’est qu’elle a découvert du même coup une forme plus avancée de son plaisir. Me chevaucher ainsi la met en transe sexuelle, littéralement. C’est vrai que ça m’excite et que ça me fait bander. Mais elle, c’est encore autre chose. La voici devenue femme-fontaine depuis qu’elle a découvert ses penchants sadiques.

Oui, vous avez bien compris : smothering + femme-fontaine, voilà un cocktail détonnant. Elle se place au dessus de moi, et je dois titiller son clitoris du bout de la langue. Puis, sans prévenir, bien entendu, elle s’assoit un peu mieux, couvrant ma bouche et mon nez de sa grosse moule déjà trempée de cyprine. Là, je ne peux respirer que l’intérieur de son vagin.

Elle me baise avec son cul

Puis, elle me tend son anus à lécher. Je fais de mon mieux, j’essaie d’insérer le bout de ma langue dans son anus, sans pour autant la pénétrer. C’est elle qui domine, hors de question pour elle de se faire sodomiser !

Ensuite, elle revient le sexe sur mon visage. Je dois bien la pénétrer, jusqu’à ce qu’elle décide que son bouton en veut encore. A ce moment là, je suis rougi par la chaleur et le manque d’air. Et à ce moment, en général, que survient son orgasme. Elle m’attrape par les couilles, qu’elle a préalablement coincées dans un cockring, me faisant brailler de douleur, et elle jouit.

Les grands jours, ce sont des litres de cyprine qui s’abattent sur mon visage et, quand elle est vraiment en forme, elle en profite pour me donner des ordres : « vas-y, avale tout mon jus, petite salope ». Et, de fait, je suis bien obligé de prendre en bouche une bonne partie de la mouille qu’elle crache abondamment par la chatte.

Mais quand a fini, elle ne me libère pas pour autant. En général, elle reste assise sur moi jusqu’à ce que je sois au bord de l’évanouissement et de l’anoxie. Puis elle me laisse enfin respirer. Parfois, par contre, elle en veut encore et me le fait comprendre en tortillant du popotin.

Le smothering est devenu une vraie passion chez elle, au point de s’inscrire sur un forum BDSM où elle a fait la connaissance de vraies dominatrices. Un jour, elle me l’a promit, elle offrira ma bouche de suceur à toutes ses nouvelles copines BDSM. Je devrai toutes les lécher, une par une.

Je m’en fais une joie, par avance.

Tags: , , , ,

Categorie : Extreme, Sextoys, Soumission et domination | RSS 2.0 | Laissez un commentaire | trackback

Pas encore de commentaire pour cette histoire erotique

Répondre

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.