Les seins de la blackette

Histoire porno du 21 mai 2016

C’était au tout début, il y a une dizaine d’années. Ma copine et moi pratiquions l’échangisme et le libertinage depuis quelques mois seulement. Avec, en tête, l’idée d’être ouverts à toute sorte de rencontres. Nous sortions en club, et nous passions pas mal de temps sur les tchats libertins. Madame branchée par les rebeus, moi par le la belle blackette…

Mais, après avoir déménagé dans une petite ville de province, nous avons vite déchanté. Combien de lapins, d’indécis, de faux couples dont madame n’était jamais disponible pour confirmer sa présence, pour quelques rendez-vous un peu sympas ? Alors, quand ils nous ont contactés, en proposant qu’on se voit le soir même, nous avons tout de suite accepté. On verrait bien.

A vrai dire, nous n’avons même pas pris le temps de bien regarder la photo surexposée qu’ils nous avaient envoyée. Une surprise nous attendait : madame était noire. Nous avions déjà coquiné, à Paris, avec des hommes et des femmes noirs, mais dans un coin si reculé, on ne croise pas souvent des blackettes, encore moins libertines.

Et quel canon cette blackette ! Une jolie femme de visage, certes, mais gaulée comme une déesse africaine, avec un beau cul et surtout des seins en obus à faire bander n’importe quel gars hétéro normalement constitué. Il faut dire que, si certains mecs reluquent les fesses avant tout, moi ce sont les seins qui m’excitent le plus.

Et là, j’étais gâté ! Sylvie – c’est son prénom – était habillée d’un grand pardessus, qu’elle a retiré en entrant dans notre maison. Mazette ! Sous le pardessus, une tenue hyper sexy, hyper décolletée, qui mettait en valeur une poitrine formidable. Le genre guêpière pour femme à forte poitrine.

On leur propose un verre et on discute. Ils sont encore plus débutants que nous. Ça met des plombes à décoller. Et moi, je n’en peux plus de loucher sur les seins de Sylvie. Ma chérie est plutôt bien dotée, à ce niveau là, mais là, on se croirait chez Russ Meyer !

Finalement, c’est ma chérie qui donne le signal, en s’approchant dangereusement de Sylvie. Les deux nanas se frottent l’une à l’autre, commencent à se rouler des pelles, puis se retrouvent lovées l’une contre l’autre, nues, leurs quatre nichons frottant l’un contre l’autre dans une scène d’un érotisme torride.

Michel, le mari, n’en rate pas une miette lui non plus. Et, timides mais décidés, nous nous approchons de nos femmes. Sylvie a tôt fait de sortir ma bite de sa braguette, malgré une érection déjà bien prononcée qui gêne un peu la manœuvre. Et hop ! Elle m’engouffre au fond de sa gorge.

Je regarde du côté de ma chérie et de Michel : elle a fait de même avec sa queue qui est, soit dit en passant, énorme ! J’ai la chance d’être plutôt bien monté, mais là, je dois reconnaître que je suis battu à plate couture ! Et nos deux chéries nous pompent joyeusement pendant que nous pelotons leurs nichons.

Les gros seins de la blackette

S’en suit une séance de baise assez hallucinante. Après un bon cunni, je me retrouve avec Sylvie, déchaînée, qui s’est empalée sur ma queue en me donnant ses énormes loches à téter. Je suis aux anges, d’autant que, contrairement à ma copine, la blackette semble aimer qu’on joue avec ses seins de manière un peu brutale.

J’aspire ses gros nibards, je les pelote, je les caresse et je finis, dans l’excitation, par les pincer. La coquine se mord les lèvres de plaisir et en redemande. Je suis comme un môme avec un nouveau jouet et notre partie de jambes en l’air finit par virer au SM, pour la plus grande joie de la blackette, qui semble adorer qu’on lui martyrise les seins !

Finalement, après presque une nuit entière à baiser et à partouzer, on se retrouve tous les quatre peinards autour d’un dernier verre. Sylvie me chuchote qu’on ne lui avait jamais fait ça, qu’elle a adoré. Elle se fait câline, ce qui ne me pose pas de problèmes : j’aime plutôt ça après le sexe.

Michel et ma chérie ont l’air d’être aussi ravis que nous de leurs ébats. Ils restent plus distants l’un de l’autre, mais monsieur enchaîne : « franchement, je crois que tout le monde s’est bien entendu, on se revoit bientôt ? ». Tout le monde acquiesce.

Depuis, nous nous voyons très régulièrement. Nous sortons tous les quatre, ensemble, en club échangiste ou en sauna libertin, pour draguer d’autres couples. Et je peux vous dire que les deux poitrines de ces dames font toujours leur effet ! Ce qui nous permet de draguer des couples, y compris ceux qui ne veulent pas partouzer à plus de quatre (oui, ça existe).

Les messieurs sont toujours partants et quand les dames voient ma bite, et, plus encore, celle de Michel, elles se demandent parfois si ce quatuor là n’est pas sorti d’un drôle de film porno.

Tags: , , ,

Categorie : Black/Noir, Partouze, Sexe à 3 (ou plus...) | RSS 2.0 | Laissez un commentaire | trackback

Pas encore de commentaire pour cette histoire erotique

Répondre

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.