La meilleure amie de ma fille

Histoire porno du 4 avril 2016

Par François, 49 ans – Non, je ne suis pas un vieux pervers. Je ne regarde pas de porno sur internet, je ne trompe jamais ma femme… Tout juste si je reluque un peu les belles femmes dans la rue. Et pourtant, il m’est arrivé une drôle d’aventure récemment, à propos d’une copine de fac de ma fille aînée. Sa meilleure amie donc, une certaine Lætitia, est une belle blonde qui s’est révélée assez allumeuse à mon égard, mais pas seulement.
Je suis donc le père de deux enfants : une fille, qui a 20 ans et qui fait des études de médecine et un fils de 17 ans qui est encore au lycée. Ce dernier, quand Lætitia est arrivée à la maison a senti les yeux qui lui sortaient de la tête. Quelle belle plante !

Jolie, sans plus, mais surtout gaulée comme une star du X : gros seins ronds, peau bronzée, blonde comme les blés, taille fine, fesses rebondies… Tout pour faire tourner la tête à un ado de 17 ans… Et, du même coup, à un vieux croulant comme moi. D’autant que la belle blonde, la meilleure amie de ma fille, donc, portait une tenue digne des robes des libertines.

Ma fille avait invité sa condisciple pour le week-end, histoire de réviser ensemble leurs examens, tranquilles, à la campagne. Et dès le premier dîner, j’ai senti que quelque chose d’incroyable allait m’arriver. Déjà, je dois bien avouer que j’étais troublé par la présence de la bimbo, d’autant plus que celle-ci, en plus d’être bandante au possible, se montrait intelligente et drôle, avec un sacré sens de la répartie.

Nous avons donc dîné tranquillement, il est vrai en arrosant bien de plusieurs bouteilles de vin le poulet rôti qu’avait préparé ma femme. Et quand le dessert est arrivé, j’ai senti un pied me toucher, sous la table. Pas de doutes possibles, c’était le pied de Lætitia, assise en face de moi. J’ai cru d’abord à une fausse manœuvre, puis, devant l’obstination de son pied à se promener le long de ma jambe, j’ai du me dire qu’elle draguait mon fils.

J’ai regardé la jeune femme. Elle a plongé son regard dans le mien. C’était certain désormais : elle était en train de m’allumer, discrètement, en présence de ma femme et de mes deux enfants. J’ai voulu lui faire arrêter son petit jeu, mais comment faire, sans la mettre dans un embarras indescriptible.

Puis nous sommes partis tous nous coucher, sauf les filles qui devaient plancher sur une question médicale à laquelle je ne comprenais rien. Avec ce que nous avions bu, je leur souhaitais bon courage. Le lendemain encore, un samedi, elles se sont consacrées à leurs chères études, avec, pour perspective de sortir, le soir venu, dans une boite de jeunes de la région.

La meilleure amie de ma fille est une bombe

Vers 18h, alors que ma fille était partie faire quelques courses avec mon épouse, Lætitia débarquait mon atelier. J’en ai fait tombé le marteau que je tenais à la main, qui a atterri directement sur mon pied. « Oh pardon, » me dit-elle, « je ne voulais pas vous effrayer ! ». Elle porte une superbe tenue de simili cuir, du genre sexshop, qui moule à merveille son corps de rêve, sans compter le décolleté impressionnant qu’elle arbore.

Tu parles que j’ai eu peur… Elle est surtout absolument sexy dans cette tenue. Et là voici qui se jette à mes pieds dans l’entreprise incroyable de me soulager de la chute du marteau. Je suis affreusement gêné, mais je laisse mes yeux traîner quand même un peu du côté de la vue plongeante que j’ai sur ses seins, que je peux reluquer presque comme si elle était topless.

En se relevant, l’amie de ma fille s’appuie à ma jambe et, comme par hasard, sa main frôle ma braguette. Elle est maintenant face à moi. Elle a vu la détresse dans mes yeux. Elle est la prédatrice, je suis la proie. Elle pose ses lèvres sur les miennes, sa poitrine opulente se colle à la mienne. Dans un long baiser, elle parvient à m’enlever ma chemise.

Pourvu que mon fils ne débarque pas maintenant. Je suis entièrement nu maintenant. Les gros seins de Lætitia sont sortis, comme deux diables de leur boite, de la robe en faux-cuir. Je relève la fausse jupe, elle n’a pas de culotte. Je découvre une chatte épilée de près, un véritable petit abricot, tendu vers moi.

Tout à coup, elle me paraît bien jeune, bien innocente, mais j’ai trop envie d’elle. Je vais la baiser là, sur l’établi, dans les cris d’extase qu’elle retient pour ne pas alerter le fiston. Elle sait y faire. Elle mord mon oreille et agite son bassin en tout sens pour profiter au mieux de la pénétration.

Je suis en train de baiser la meilleure amie de ma fille. Elle a trente ans de moins que moi, mais c’est elle qui mène la danse.

Tags: , , , , ,

Categorie : En famille, Jeunes, Sexe en famille | RSS 2.0 | Laissez un commentaire | trackback

Pas encore de commentaire pour cette histoire erotique

Répondre

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.